Commune de Dombila - Sécuriser les denrées alimentaires de base et protéger les ressources naturelles

Durée du projet: Mai 2009 - décembre 2011

Peuplée par 10.000 habitants en tout, la Commune de Dombila est située à 50km de la capitale Bamako, dans le cercle de Kati. Onze villages font partie de celle-ci: Klanabougou, Dombila, Sidiancoro, Tomba, Ouéssébougou-Awala, Sanamba, Songon, Toulabougou, Djinidiébougou, Djinidé et N'Galamadibi.

Jardin à Dombila90 % des villageois vivent de l'agriculture qui exige un travail intensif. De majeur, ils cultivent le mil, le mais et l'arachide à côté des tubercules et des légumes. Une grande intensité de travail et l'usage des moyens de production très simples sont les critères typiques pour la production agricole régionale. Les paysans cultivent leurs champs surtout par la houe à main, appelée « daba ». La pluviométrie qu'il n'y a pas ainsi que les sols dégradés représentent des risques pour un bon rendement. En générale, les quantités de précipitations sont faibles et irrégulières.

D'après les statistiques de l'Office des Hautes Vallées du Niger (OHVN) seulement 2 % des familles de la Commune peuvent satisfaire leur approvisionnement en denrées alimentaires de base de façon autonome. Tout le reste, c'est à dire la majorité, doit acheter les céréales dont elle a besoin pour une période de temps de trois mois au moins. Pendant cette « période de soudure » - le laps de temps avant la prochaine récolte - la situation alimentaire est très difficile dans deux villages en particuliers. On y constate une période de disette, parce qu'ils sont plus isolés en comparaison avec d'autres villages pendant la saison des pluies.

Banques de céréales et accroissement des rendements céréaliers

C'est dans les localités N'Galamadibi et Ouéssébougou-Awala, où LAG Mali appuie directement la culture céréalier par l'équipement agricole. Chaque village profite de deux attelages et charrues, ainsi que des outils pour les sémis et des moyens de transport, c'est à dire des ânes et des charettes, mis à la disposition par le projet. Les organisations villagoises des femmes et des jeunes s'occupent de l'entretien des animaux et du matériel. Elles organisent aussi leur emploi.

Parallèlement, deux banques de céréales seront construites. Il s'agit de deux greniers solides en ciment, bâtis sur une superficie de 5m x 6m, qui sont équipés avec le matériel nécessaire. Un fonds monétaire, destiné à l'achat des stocks de céréales, est mis à la disposition par le projet. Il est prévu d'acheter des provisions à un prix avantageux juste après les récoltes et de les stocker de manière appropriée.

Banques de céréales à DombilaIl faut savoir que le prix des céréales montent sur le marché, quand les stocks deviennent maigres pendant la saison des pluies. Souvent, les paysans payent un prix spéculatif et, par conséquent, ils s'endettent. La banque de céréales permet à la population d'acheter des céréales à prix avantageux, même à l'époque de pénurie. Ainsi, les villageois sont plus indépendants du marché et, au-delà, ils déterminent la vente de leurs stocks céréaliers eux-mêmes. Ces prix seront fixés par les assemblées générales des villages.

Ce qui est important c'est la gestion compétente de ces banques de céréales. Les villages déterminent chacuns un comité qui est responsable de ce tache et qui aura une formation dans ce sens. En plus une spécialiste locale conseille d'abord ces comités et suit la gestion des banques de céréales.

Appui du Maraîchage

Selon son procédé éprouvé, LAG Mali soutien l'horticulture dans trois villages de la Commune. À N'Galamadibi et Djinidièbougou, deux jardins se constituent, dont chacun est clôturé et équipé de quatre puits professionnels. Comme capital initial on met à la disposition des sémences, des outils de travail et des moyens de transport. En total, ce sont 210 exploitants qui participent au projet. Chaque périmètre maraîcher est exploîté par 70 villageois, dont 50 femmes et 20 jeunes hommes. Ils choisissent entre eux le comité villageois destiné à la gestion de leur bas de laine.

Le jardin de Toulabougou sera complèté par deux puits en plus, puisque la superficie jardinière totale d'un hectare soit utilisable. En plus, on installe deux pompes à pédales pour faciliter le transport d'eau. Celui-ci sera pompé en tuyaux à deux bassins construits auprès des parcelles plus éloignées. La pompe à pédale peut être utilisée très facilement et ses pièces de rechange se trouvent localement.

Grâce au maraîchage intensif, on peut améliorer qualitativement l'approvisionnement en denrées alimentaires. En même temps il permet aux femmes et au jeunes hommes d'obtenir des revenus significants. Ainsi il peut empêcher les derniers de quitter le village pour la ville.

Protection des ressources naturelles dans 11 villagese

Protection des ressources naturellesDans la Commune de Dombila, la coupe du bois incontrôlée et abusive constitue un vrai problème. La capitale, située toute proche, a un grand besoin en combustibles, soit en bois ou en charbon. En plus, le commerce en bois constitue une source de revenus non négligeable pour les habitants appauvris de la Commune. C'est aussi le besoin en combustibles des foyers ruraux qui augmente.

À partir de 2010, des mesures ciblées sont planifiées pour contribuer à la protection et la gestion durable des ressources naturelles. Ici, les habitants de tous les villages de la Commune sont impliqués activement.

Les activités prévues en brève:

Coopération et financement

Au cours des années précédentes, LAG Mali a déjà appuyé quelques villages de la Commune, mais - à cause de ses moyens financiers limités - seulement ponctuellement. Un projet de grande envergure et durant plusieurs années, n'est possible qu'après l'accord du Ministére fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) en juin 2009. Son budget total comprend un montant de 137.000 € qui est subventionné par le BMZ partiellement à 76 %. 23 % du budget sont partagés entre LAG Mali et la population locale qui s'engage par des rendements multiples en main d'oeuvres et par la mise à la disposition des terrains.

Organisation en coopération: VIDE↑ haut de page

Logo LAG Mali e.V.

Informations par circulaires

Si vous désirez recevoir nos circulaires par email, veuillez nous faire la demande.

>> Voir la circulaire actuelle

Projet LAG Mali

Compte bancaire pour vos dons:

Changement des coordonnées bancaires de LAG Mali!
Depuis le 27.06.2016, les coordonnées bancaires de LAG Mali sont les suivantes :

VR meine Bank eG - Fürth/Neustadt/Uffenheim
BIC:
GENODEF1NEA
IBAN:
DE65 7606 9559 0003 2590 05
Récepteur:
LAG Mali e.V.

Nous vous remercions pour vos dons!

Sprache in deutschdeutsch LANDESARBEITSGEMEINSCHAFT BAYERN ENTWICKLUNGSHILFE MALI E.V.